CORSE : Délire identitaire et réalités démocratiques. LIBRE OPINION du général (2S) Michel FRANCESCHI.

On ne pouvait y couper ! L’installation de la nouvelle assemblée de Corse le 2 janvier a une nouvelle fois donné lieu dans l’hémicycle à un spectacle outrancier, confinant au délire. Reconduit dans sa fonction de président de l’assemblée, monsieur Talamoni s’est de nouveau surpassé en surenchère provocatrice. Substituant le parler corse à la langue de la République, il…

Source