Corse : réflexions sur une élection. LIBRE OPINION du général (2S) Michel FRANCESCHI

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots ». Cet aphorisme de Platon s’applique aux commentaires de l’élection territoriale de Corse du 3 décembre. L’avancée des Séparatistes a mis en transes nombre de commentateurs, rivalisant de superlatifs avec une prédominance pour le raz de marée ou le tsunami électoral. Les outrances entendues autorisent…

Source